EQUILIBRE BENIN

L'ONG Equilibre Bénin , c'est la volonté d'aider les personnes en situation difficile au Bénin, les personnes handicapées, les orphelins et tous les enfants fragiles.

Accueil
   
L'ONG
Historique
Mission
L'Equipe
Le Benin
Editorial
Comptes-Rendus
Actions au Bénin
Handi insertion
Education Integrée
Parrainage
Actions EB France
L'association
Actions 2016
Actions 2015
Actions 2014
Actions 2013
Actions 2012
Les projets en cours
Enfin Debout
Partageons nos différences
Vacances Intégratrices
Aides
Aider l'ONG
Partenaires
Communiquer
Contacts


 

Le Bénin

Géographie

Le Bénin est situé sur le golfe de Guinée, bordé au nord par le Burkina Faso et par le Niger, à l'est par le Nigeria et à l'ouest par le Togo.

Le pays s'étend sur 700 km, du fleuve Niger à la côte atlantique, longue de 126 km.

Colonie française du Dahomey depuis 1894, le Bénin a accédé à l'indépendance en 1960, sous la dénomination de république du Dahomey, avant de prendre son nom actuel en 1975.

Capitale : Porto-Novo
Capitale économique : Cotonou
Superficie : 112 622 km2
Population : 10. 8 millions d'habitants (2015)
Densité : 92.7 habitants/km² (2015)
Langue officielle : Français
Langues parlées : Fon, Yoruba, Bariba, Mina, Adja, Ayizo, Ditammari, Goun, Tem, Peul, Dendi
Religion : Animistes, chétiens(44%) et musulmans (20%),

Climat

Le climat du Bénin varie d'un type équatorial de transition au sud à un type tropical de plus en plus sec au nord.

Au sud, la moyenne pluviométrique annuelle diminue de Porto-Novo (1 200 mm) à Grand-Popo (820 mm).

Deux saisons des pluies se succèdent au cours de l'année, l'une entre mars et juillet, l'autre entre septembre et novembre. La température mensuelle moyenne varie de 20°C à 34°C.

Au fur et à mesure que l'on progresse vers le nord, le climat sahélien, caractérisé par une longue saison sèche et une seule saison des pluies, de mai à septembre, est de plus en plus marqué. Les températures sont élevées et les précipitations plus faibles (890 mm sauf sur le massif de l'Atakora qui reçoit 1 300 mm à Natitingou).

► Voir le site météo du Bénin

Faune et Flore

Une forêt tropicale humide, très dense, recouvrait autrefois le pays jusqu'aux lagunes. La région méridionale a été largement déboisée et mise en culture, sauf aux abords des fleuves (forêts-galeries); les palmiers à huile sont aujourd'hui les arbres les plus courants. Le centre du Bénin est en grande partie recouvert d'une forêt sèche, quelques forêts plus anciennes subsistant. La savane arborée et les forêts-galeries dominent dans le Nord, au climat plus sec. Buffles, antilopes, panthères, singes, crocodiles et canards sauvages font partie de la faune du Bénin.


Ressources minières

Les ressources minières comprennent le minerai de fer, le chrome, le diamant, le calcaire et des phosphates mais seuls le calcaire et le diamant font l'objet d'une exploitation importante.
Le petit champ pétrolifère de Sémé, au large de Cotonou, a été mis en exploitation en 1982.

Population

Démographie.
Le Bénin compte environ 10.8 millions d'habitants en 2015.
L'accroissement naturel est de 2.81 %
L'espérance de vie est d'environ 59.7 ans pour les hommes et 62.4 pour les femmes.
La mortalité infantile est encore très élevée (55.68%).

► Voir le site de la Banque Mondiale

Ethnies.
Les Fons et les Adjas, communautés très apparentées, représentent 59 % de la population et constituent les groupes les plus importants au sud du pays.
Les Bariba et les Sombas sont les plus nombreux au nord du pays (14 % de la population totale). Les Yorouba, qui regroupent 9 % de la population, prédominent au sud-est.
À d'autres petits groupes côtiers comme les Minas et les Plas, il convient d'ajouter les «Brésiliens», portant des noms portugais, issus des anciens esclaves revenus du Nouveau Monde.


Villes principales.

Cotonou, capitale politique, centre d'affaires et port principal, compte davantage d'habitants que Porto-Novo, capitale administrative officielle. Parakou, Abomey et Natitingou sont les autres villes importantes du Bénin.

 

Société

Langue
Le français est la langue officielle du Bénin, mais les Béninois parlent la langue de leur communauté (fon, haoussa, yorouba), celles de leurs voisins immédiats et les langues des commerçants.

Religion
Plus de la moitié de la population est animiste et pratique le vaudou avec de fortes tendances synchrétiques.
Le vaudou est devenu la religion d'État au début de l'année 1996.
Les chrétiens, catholiques et protestants représentent 20 % de la population et vivent surtout dans le Sud, 15 % de la population sont des musulmans, surtout dans le Nord.

Education
Le taux d'alphabétisation était de 30 % au début des années 1990, seuls 22 % des enfants de douze à dix-sept ans étant scolarisés. Une dizaine de milliers d'étudiants suivent des cours d'enseignement supérieur à l'université nationale du Bénin (fondée en 1970), à Cotonou, et dans d'autres instituts.

Culture

Le Bénin est l'héritier d'une double tradition artistique, celle des Fons et du royaume de Dahomey et celle des Yoroubas, dont l'influence marqua la culture du royaume du Bénin. 

La Bibliothèque nationale du Bénin se trouve à Porto-Novo, et le Musée national à Cotonou.

La radio et la télévision émettent à partir de Cotonou. Dans ce pays que l'on appelle le «quartier latin de l'Afrique» en référence au quartier de Paris du même nom, symbolisant la vie intellectuelle française, (le boulevard Saint-Michel est la principale artère de Cotonou), la presse d'opinion a connu un essor important avec la libéralisation des années 1990.

► Les média

► La musique

Art et culture

Sport


Economie

L'économie du Bénin reste sous-développée et dépendente de l'agriculture, de la production de coton et du commerce régional.
Plus d'un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Industrie : textiles, agro-alimentaire, fabrication de produits chimiques, matériaux de construction
Production électrique : hydroélectrique (83%) et fossiles (16%)

Agriculture : coton, maïs, manioc (tapioca), ignames, haricots, huile de palme, arachides, animaux de ferme

Exportations : coton, pétrole brut, produits du palmier, cacao (Brésil, France, Indonésie, Thaïlande, Maroc, Portugal, Côte d'Ivoire )

Importations: aliments, biens d'équipements, produits pétroliers (France, USA, Chine, Côte d'Ivoire, Pays Bas, Japon)

Afin de maintenir la croissance, le Bénin prévoit d'attirer plus d'investissements étrangers, d'intensifier le tourisme, de faciliter le développement de nouveaux systèmes agro-alimentaires et produits agricoles, et encourage les nouvelles technologies de l'information et de communication.

La politique de privatisation de 2001 pourrait se poursuivre dans le domaine des télécommunications, l'eau, l'électricité et l'agriculture malgré les réticences initiales du gouvernement.

► Site Direction du Trésor - BENIN

► Site Perspectives economiques

Histoire

Création du royaume d'Abomey vers 1610 par le roi Ouegbaja.
Le roi Ouégbaja (1645-1685) construit son palais sur la sépulture d'un adversaire appelé Dan d'où le nom de Dan Homé qui signifie " sur le ventre de Dan ".

Extension du royaume d'Abomey par le roi Agadja.
Au XVIIIe siècle, le roi Agadja (1708-1740) annexe des territoires et constitue un corps d'armée féminine, connu sous le nom d'Amazones.

Commerce des esclaves.
Agadja étend les frontières du royaume du Dahomey jusqu'à la côte atlantique, haut lieu de la Côte des esclaves que se disputent l'Angleterre, le Portugal, la France et la Hollande et où tous construisent des forts. La compagnie française des Indes occidentales y installe un comptoir pour la traite des noirs.
Le Dahomey va ainsi participer directement au commerce négrier par le port de Ouidah.

Au XVIIIe siècle, se produisent des guerres répétées entre le royaume du Dahomey et le royaume des Yoruba d'Oyo.
Les Fons seront réduits à payer à celui-ci un tribut jusqu'au début du XIXe siècle, tout en obtenant le monopole du trafic d'esclaves.


XIXe - XXe

XIXe siècle : apogée du royaume sous le roi Guézo
Au XIXe siècle, le royaume atteint son apogée sous le roi Guézo (1818-1858).
Il réforme l'administration et fonde la richesse du pays sur l'agriculture après l'abolition de l'esclavage.

La colonisation française (1851-1960) :
Traité de commerce et d'amitié avec la France : En 1851, le roi Guézo (1818-1858) libère le royaume d'Abomey de la domination du royaume des Yorubas en signant un traité de commerce et d'amitié avec la France. Son successeur, le roi Glélé (1858-1889) cède aux français le territoire de Cotonou, où ceux-ci installent de grandes maisons de commerce.

Tentative de résistance du roi Gbéhanzin à l'influence française (1892) :
En 1892, le roi Gbéhanzin (1889-1894) tente de résister au développement de l'influence française, et fort de 3000 hommes, pénètre à Abomey, mais le royaume perd malgré tout son indépendance et se dissout dans la colonie française du Dahomey.
En 1899 Dahomey est incorporé à l'Afrique de l'Ouest Française avec ses frontières definies par un traité Anglo-Allemand, qui étaient respectivement les colonisateurs de l'Est et l'Ouest.
Le Dahomey adhéra à la cause de la " France Libre " durant la deuxième guerre mondiale, et en 1946 devient l'un des territoires français d'outre-mer jusqu'en 1960.

1er août 1960 : proclamation de l'indépendance du Dahomey


Le début de l'indépendence

Hubert Maga est élu Président de la République le 11 décembre 1960.
Le 29 octobre 1963, il est destitué par un coup d'Etat militaire.
Entre 1963 et 1975, le pays connaît une grande instabilité politique.

Les années de la révolution
Le 26 Octobre 1972, le Commandant Mathieu Kérékou renverse le gouverment à la suite d'un coup d'état militaire.
Le 30 novembre 1975, le Dahomey devient la République populaire du Bénin, jusqu'en 1990 le Gouvernement met en place un régime de type marxiste-léniniste.
Mathieu Kérékou reste à la tête d'Etat entre 1980 et 1991.

La Nouvelle République du Bénin
Après la Conférence des forces unies de la Nation , organisée à Cotonou en février 1990, une nouvelle Constitution est adoptée, le 2 décembre 1990 qui met en place une République multipartite : la République du Bénin.
En mars 1991, Nicéphore Sanglo est élu Président de la République à plus de 65% des suffrages exprimés.
En février 1996 Mathieu Kérékou - le retour - parvient à nouveau à la Présidence de la République. Et sera réélu lors des élections de mars 2001.

2006, Boni Yayi

C'est le quatrième scrutin présidentiel depuis l'avènement de la démocratie et du multipartisme en 1990, mais le premier depuis les années 1970 sans le chef de l'Etat sortant Mathieu Kérékou et son grand rival Nicéphore Soglo. Les deux hommes, respectivement âgés de 73 et 72 ans, ont en effet dépassé la limite d'âge fixée à 70 ans par la Constitution pour se présenter.

Ca doit changer, ça va changer
Le nouveau président, Boni Yayi, dont le crédo est "Ca doit changer, ça va changer" assure qu'il mettra en place «un gouvernement d'hommes jeunes, propres, intègres et neufs».

Agé de 54 ans, ce diplômé de l'université de Paris IV Dauphine a été conseiller technique aux affaires monétaires et bancaires sous le quinquennat du président Nicéphore Dieudonné Soglo (1991-1996) avant d'être nommé par celui-ci à la BOAD en 1994.
Candidat indépendant porté par une multitude de mouvements, Yayi dont le nom, s'il était fon (langue la plus parlée du sud Bénin) signifierait: "la misère s'en est allée", met le développement économique au coeur de son projet de société.

2011, Boni Yayi

Aujourd’hui, deux principaux acteurs émergent au sein de la classe politique béninoise : le président de la République Boni Yayi et son challenger du second tour, Adrien Houngbédji, qui fait office de « principal opposant » au pouvoir.

En 2011, Boni Yayi a remporté la présidentielle dès le premier tour.

2016, Patrice Talon

L'élection de 2016 a oposé Lionel Zinsou, premier ministre du gouvernement sortant à Patrice Talon, homme d'affaires béninois.

Patrice Talon est né le 1er mai 1958 d'un père cheminot natif de Ouidah et d’une mère issue de la famille Guedegbe d'Abomey Il est marié à Claudine Gbènagnon, née à Porto-Novo, avec qui il a eu deux enfants.
Après un baccalauréat série C obtenu à Dakar, la capitale sénégalaise, il entre à la faculté des sciences de l'université de cette ville. En deuxième année de maths-physique, Patrice Talon, qui depuis l'enfance est obsédé par les avions, réussit au concours de pilote de ligne d'Air Afrique et envoyé à la base aérienne de Digne, en France, pour la visite médicale. C'est à ce niveau que malheureusement son rêve d'enfance se brise puisqu'il est recalé pour « inaptitude moteur ».

Il s'installe alors à Paris, où ses aptitudes dans les affaires (qu'il pratiquait depuis le collège avec des petits trafics de pièces détachées au Nigeria) lui ouvrent très rapidement les bonnes portes. Il entre en 1983 dans l'activité de négoce des emballages et des intrants agricoles. Il crée en 1985 la Société de distribution inter-continentale (SDI), qui fournit des intrants agricoles aux producteurs de coton.

En 1990, à la suite des recommandations de la Banque mondiale dans le cadre de l'accord de libéralisation économique mis en place dans les États ouest-africains, le Bénin était appelé à se désengager de la filière de la production de coton ; Patrice Talon gagne alors le marché d'implantation de trois usines d'égrenage de coton au Bénin. Il devient ainsi un acteur incontournable du coton béninois malgré l'installation progressive de plusieurs concurrents privés mais nettement moins bien organisés.

Soutien principal à l'élection du président béninois Boni Yayi en 2006, il entre progressivement en disgrâce avec ce dernier à partir de 2011. Les démêlés qu'il a avec le chef de l'État dans les affaires de subventions agricoles, du programme de vérification des importations (PVI) mais qui n'ont jamais connu de plainte officielle devant un tribunal ont fini par le contraindre à l'exil à la suite de rumeurs d'enlèvement.

Il remporte l'élection présidentielle du 20 mars 2016. Son adversaire, le Premier ministre sortant Lionel Zinsou reconnaît sa défaite le soir même de l'élection.

Il est investi président de la République du Bénin le 6 avril 2016 à Porto-Novo.

BENIN info